Translate

samedi 6 octobre 2012

Le mal-être, mal de ce nouveau siécle...

Il est un fait évident: le monde et la société ne vont pas très fort!
Quand on regarde l'engouement pour les activités et loisirs dits de bien-être, c'est une constatation patente.
Il y a 20 ans, on se ruait sur le dernier anti dépresseur à la mode.
Aujourd'hui la méfiance sur les molécules chimiques et une prise de conscience s'étant installées, on recherche la recette miracle qui nous fera voir la vie en rose...
Pour autant, comme je disais à une personne l'autre jour:
" vous aurez beau faire toutes les activités de bien-être que vous voulez, même si elles améliorent temporairement votre état -et c'est déjà un premier pas-si on ne travaille pas à la racine du mal, ça ne donnera presque rien au final".

Les voyages forment la jeunesse et ...les autres!
Il y a quelques années, lors de mes voyages dans des "pays en voie de développement" comme on aime à le dire pudiquement, j'avais été frappée par une chose: bien que les gens vivaient dans des conditions précaires, difficiles, inconfortables selon la norme Occidentale, ils avaient tous le sourire!
En fait, ils souriaient tout le temps!
Ils riaient d'une chose et d'une autre! Parfois ils se moquaient gentiment de l'un d'entre eux ou d'une situation...Alors que nous, il nous en faut pour sourire ou rire...
Et en plus, un rien nous agacent...
De mes voyages, outre les paysages splendides que j ai eu le plaisir de découvrir, ce dont je me rappelle le plus vivement sont les instants furtifs de pur bonheur que j'ai pu partager avec les "autochtones"...
En particulier, en cette après-midi de juillet, près de Cuzco, au Pérou: deux jeunes enfants, des Indiens, sont venus me parler dans un espagnol approximatif.
Ils m'ont demandé de caresser leur alpaga, fière bête à mi-chemin entre le lama et le mouton...géant.
J'avoue que j'étais assez craintive de plonger mes doigts dans le manteau soyeux de l'animal.
Devant mon appréhension stupide de femme sophistiquée, ils se sont esclaffés...et moi aussi du coup!
J'ai cru de mon devoir de leur tendre une piècette: ils m'ont dit "NO!".
Ce jous là, j'ai appris ce qu'était le partage....
Nous sommes restés ainsi, tous ensemble, la fillette, son frère, l'alpaga et moi peut-être 15 ou 20 minutes à révasser devant la beauté du paysage...sous l'oeil attentif de leur mère, qui était accroupie à distance...
Ces enfants ne devaient pas avoir plus de 8 ans...
Souvent, je repense à ce moment magnifique ou quand j'ai le blues...
Je ne sais comment expliquer la magie que je retrouve à chaque fois...
Ces enfants m'ont appris à m'émerveiller de petites et grandes choses...ces enfants et moi avons partagé un moment intense de joie de vivre, de sérénité, comme un sentiment de plénitude parfaite...

Lors de mon dernier article, je vous parlais de l'axe shaoyin: coeur et reins!
Le voilà, encore une fois en pleine action!

Dans nos sociétés modernes, nous avons gagné en confort et c'est tant mieux.
Mais nous avons oublié ce qui est encore plus précieux: la joie de vivre!

Que ma joie demeure...




lundi 1 octobre 2012

Entrer en conscience

On dit souvent que la médecine chinoise peut être philosophique.
Parce qu'elle nous parle de la place de l'être humain au milieu de l'univers.
La place du milieu "dzong" en chinois est une place d'équilibre.
En fait, elle développe une prise de conscience accrue comme un coup de projecteur sur le sens de la vie.

Le sens de la vie.
A contre-courant de notre société moderne, technique, rapide, la médecine chinoise revient avec introspection et lenteur (donc) sur la position de l'homme au milieu de cet univers.

Il est dit que l'homme, la femme, occupent une position centrale entre le ciel (la yang total) et la terre (le yin total).
Le Ciel, le cosmos représente le "divin", la source créatrice, l'énergie primordiale appelée "Yuan shen".
La Terre, la mère nourricière.
L'être humain, de part sa position verticale, a pour mandat d'unir Ciel et Terre.
En effet, la position verticale du bipède a été acquise et non innée.
Il en sort une notion d'effort, d'amélioration, d'évolution (en général on cherche une évolution vers le mieux).
La tête de l'être humain (le chef en français subtil) est proche du Ciel.
Ses pieds sont ancrés dans la Terre (ce qui le nourrit, le matériel).
Il est dit que l'être humain vient au monde afin d'accomplir son mandat céleste.
Il a "son programme", sa trame de vie représenté par le "Jing".
Le Jing répresente toutes les essences subtiles de la vie.
Le Jing provient des parents, des ancêtres, de la lignée en quelque sorte.
Tout est important au moment de la conception de l'enfant: l'état d'esprit des parents (la bonne disposition), leur bonne santé corporelle, mentale, spirituelle, le bon moment suivant les astres (les forces motrices de la terre)...
Sun Si Miao, grand médecin chinois, disait que "la maladie empêche la pleine éclosion du potentiel de l'homme (de la femme)".

L'axe ShaoYin représente les méridiens du coeur et du rein.
Le coeur est le monarque du corps suivant la médecine chinoise.
Les médecins chinois connaissaient très bien l'anatomie.
Ils connaissaient grossièrement les fonctions du cerveau.
Pourtant ils ont placé le logis du shen (la pensée, la conscience éclairée) dans le coeur.
Le coeur est rouge, c'est le feu, la joie et par extension la joie de vivre.
Les reins sont la réserve énergétique du corps, un peu comme la caisse d'épargne.
C'est toujours là que l'on puise ses réserves.
Le rein est en relation avec les os, la grossesse, la sexualité, la moelle du cerveau.
La sexualité est un acte de médecine chez les chinois. C'est une énergie puissante qui "apaise l'esprit " (le shen).
Chez nous, nous disons :"avoir du coeur à l'ouvrage", "écouter avec le coeur", "avoir les reins solides".
Cet axe est fondamental chez l'être humain.
Une rupture de cet axe provoque, dans le champ psychologique, un esprit troublé, des insomnies, de la tristesse, des peurs, une baisse de la libido....

Or, dans nos sociétés, et ce pour diverses raisons plus ou moins avouables et avouées, cet axe est mis à mal.
Regardez dans la rue: combien de gens ont le sourire, sifflotent un p'tit air ?
Combien de gens se plaignent d'être inquiets pour leur avenir, ceux de leurs proches, de leurs enfants ?
Quelle est la réalité de ces "menaces" ?
Que peut on faire concrêtement ?
Il est totalement faux de faire croire aux populations que la vie est un long fleuve tranquille pavée de bonnes intentions.
Il est exceptionnel que l'Europe ait vécu en paix et en prospérité relative pendant 60 ans.
Bien sûr cette recherche de sécurité interne et externe, de confort est tout à fait légitime.
Et même on doit veiller à ce que cela perdure.
Pour autant, comme on ne peut changer toute la société, ses mécanismes et ses défauts d'un coup, il est primordial de rechercher une paix en soi.

Pour cela, pour rétablir cet axe mis à mal, toutes les techniques de relaxation, de respiration, de visualisation positive, de détente physique, morale et donc spirituelle sont les bienvenues.
Un esprit libéré, clair est un esprit sain qui trouve toujours des solutions à tout.
Et d'abord, posez vous la seule et ultime question à laquelle tout individu devrait être capable de répondre: "Quelle est ma place dans cette vie ? dans cette société ? et donc par extension dans l'Univers?"
" Comment est-ce que je réponds à ce qui m'entoure ?"
" Quelles sont mes contributions?"

Le bonheur c'est le sentiment plein que toute chose et tout être sont à la bonne place, au bon moment.
Une certitude que tout est équilibré et juste.
Seul un état d'esprit serein peut aider à saisir cette impression fugace.
Si on arrive à être "tranquille" 1 minute par jour c'est déjà beaucoup de chemin accompli.

Le Monde en a besoin!